Non au copinage : deux journalistes refusent la Légion d’honneur

Publié le par E&R-Ile de France


Les journalistes Françoise Fressoz (Le Monde) et Marie-Eve Malouines (France Info) ont annoncé aujourd’hui qu’elles refusent la Légion d’honneur, après avoir découvert qu’elles faisaient partie de la promotion du nouvel an de cet ordre.



« Rien, dans mon parcours professionnel, ne justifie pareille distinction. Je pense en outre que, pour exercer librement sa fonction, un journaliste politique doit rester à l’écart des honneurs. Pour ces raisons, je me vois dans l’obligation de refuser cette distinction », a déclaré lundi Françoise Fressoz, chef du service politique du Monde.


Marie-Eve Malouines, chef du service politique de France Info, faisait part elle aussi hier de son « grand étonnement » de trouver son nom parmi les promues. « Je ne vois vraiment rien, dans mon parcours, qui puisse justifier une telle distinction, c’est pourquoi je me vois dans l’obligation de refuser cette prestigieuse décoration », a ajouté la journaliste.


Deux prises de position courageuses éloignées du symbole galvaudé aujourd’hui de la Légion d’honneur. Instituée par Napoléon Bonaparte le 19 mai 1802, la Légion d’honneur avait pour but de récompenser les « mérites éminents », militaires ou civils, rendus à la nation. A l’origine ouverte à tous, cette distinction est réservée maintenant à une élite.


Elle permet surtout dorénavant de mousser les people, fidèles du pouvoir ou les personnalités du politiquement correct. Nouvelle démonstration lors de cette dernière promotion du nouvel an avec des élus comme la politicienne Simone Veil, le musicien Didier Barbelivien, le sportif Zinédine Zidane, l’humoriste Michel Leeb ou encore l’actrice Nathalie Baye. Napoléon avait-il déjà tout compris quand il disait : « C’est avec des hochets que l’on mène les hommes » ?


Source : novopress.info

Publié dans Politique

Commenter cet article