La vengeance de Baupin !

Publié le par E&R-Ile de France





Notre désormais fidèle Jacques Gauthier vous révèle, cette semaine, les dessous d'un des dossiers les plus aberrants du delanoisme ambulatoire : le massacre programmé de la porte de vincennes pour cause d'aménagement du tramway des Maréchaux.

Comment en est-on arrivé là ? Réponse ci-dessous, où l'on découvre Baupin posant des bombes à retardement avant d'être viré de son proconsulat de la voirie.










Alors que le dossier du débat public sur l'extension du tramway des maréchaux en 2006 ne prévoyait qu'une voie de délestage en milieu de ligne destinée à stocker une ou deux rames pour améliorer la régularité de la desserte en cas de besoin et renforcer l'exploitation à l'occasion de grandes manifestations, le dossier d'enquête publique a prévu une véritable coupure de la ligne en deux arcs et en a fixé l'implantation porte de Vincennes en rive nord du cours.

Pourtant les deux dossiers furent préparés par les mêmes acteurs : le STIF, la direction de la voirie et des déplacements de la ville de Paris et la RATP et, à l'issue du débat public, l'existence de cette voie de délestage ne fut ni contestée, ni sa localisation, déplacée. Le milieu de ligne se situant au niveau du bd Poniatowski, entre les portes de Charenton et Dorée, la voie de délestage aurait montré son efficacité lors de la Foire du Trône qui a lieu chaque année, pelouse de Reuilly.

Mais Baupin avait l'ambition de faire du barouf en faisant entrer le tramway dans Paris. Comme son pouvoir était absolu sur les transports, puisque les Verts disposaient d'une minorité de blocage au conseil de Paris et que Delanoë ne comprenait rien aux questions de transport si ce n'est à leur dimension de com', il décida souverainement de couper la ligne, porte de Vincennes. Puisqu'il était un élu du 20ème arrondissement, il fixa cette coupure en rive nord et non en rive sud du cours, dans le 12ème arr.

De plus, en choisissant de placer la station d'échanges sous le pont-rail de la petite ceinture, il faisait la nique à tous ceux qui militaient pour la remise en service de cette ligne et estimaient que l'extension du tramway aurait été préférable sur la petite ceinture qui a le mérite d'exister et de desservir l'ensemble des grands périmètres d'aménagement de la capitale, de Paris Rive Gauche aux Batignolles.

Le dossier d'enquête publique, couvé par ledit Baupin, fut rondement mené car l'intéressé se doutait que le maire de Paris préparait un coup de Trafalgar qui risquait d'envoyer les Verts au tapis et le priver définitivement, lui le patron des transports, de son jouet favori : le tramway. La RATP, mal à l'aise face à ces jeux politiciens, pensant sans doute que Baupin serait toujours l'étoile verte des transports, suivit les instructions de son mentor municipal, coupa la ligne en deux porte de Vincennes et assura que " techniquement "on ne pouvait pas faire autrement.

Ficelé en septembre 2007, le dossier d'extension du T3 pouvait être mis à l'enquête dès octobre pour donner à son géniteur Vert un tremplin électoral qui lui aurait permis de conserver sa place assise en première classe des transports municipaux. Mais Bertrand veillait au grain et décida que le wattman chef du tram c'était lui et personne d'autre. Il reporta l'enquête publique après les municipales de mars 2008 qui virent l'automne des Verts, mais sans rien changer au dossier laissé par Baupin, fin mars 2008.

Débarqué des transports, Baupin ne demeura pas inactif et, sitôt après le démarrage de l'enquête publique le 28 avril 2008, il prit la tête d'une campagne de signatures pour demander le prolongement du tramway à la place de la Nation, ce qui ne se justifiait nullement compte tenu de la bonne desserte du cours de Vincennes en transports collectifs.

Les commissaires enquêteurs ne furent pas dupes et puisque l'élu vert du 20ème avait logé la station du tramway chez lui ils estimèrent que le cours de Vincennes méritait mieux qu'une seule station et qu'il en fallait deux, une dans le 12ème et une dans le 20ème pour ne pas faire de jaloux et, pour corser l'affaire, ils précisèrent qu'il fallait, bd Davout et bd Soult, rapprocher les voies du T3 des immeubles avec toutes les complications que cette modification entraînerait sur les travaux souterrains et la circulation routière.

La porte de Vincennes ne sera donc plus l'espace majeur, fleuri et arboré, vanté par la mairie de Paris, mais une gare de triage avec des aiguillages, des voies qui zigzaguent et deux voies de traverse pour faire passer sur l'arc sud les rames qui rouleront à vide depuis la porte de Pantin .

Outre sa casquette de chef wattman, Bertrand va devoir coiffer celle de chef de gare de triage pour nous montrer comment ça va marcher porte de Vincennes et, comme il est aussi chef de ligne du petit train du jardin d'Acclimatation, Bertrand va devenir un vrai pro des chemins de fer !

Une suggestion pour que chacun mette son grain de sel dans une machine municipale qui fonctionne dans l'opacité totale : invitons tout le monde autour d'un plan avec des petits tramways, des autos, des bus et des camions miniatures pour organiser le futur gymkhana de la porte de Vincennes. Frissons garantis, un manège digne de la foire du Trône avec Bertrand en meneur de jeu.

Jacques GAUTHIER
Association Petite Ceinture – Grand Paris



Source : delanopolis.fr

Commenter cet article