"Paris galvaudé, Paris défiguré, Paris maltraité mais bientôt Paris libéré !"

Publié le par E&R-Ile de France




En 2001, Delanoë recevait les clés de l'Hôtel de ville en promettant morale et efficacité dans la conduite des affaires municipales. Un dossier était alors brûlant et symbolique : l'occupation illégale de la place de la Concorde par Marcel Campion et sa grande roue. Malgré les atermoiements du maire et grâce à une procédure judiciaire, Campion déguerpissait au bout de quelques mois. Las, il se réinstalla dès l'année suivante, nanti d'une autorisation municipale, pour les fêtes de Noël et du Nouvel an, périodes entendues de manière très extensive. Depuis, devenu un excellent ami de Delanoë et sa bande, il grignote les Champs-Elysées comme il l'a fait pour le jardin des Tuileries, ses kiosques proliférant comme une mauvaise herbe.











Cette année, il prend un nouvel élan. Entre le Grand Palais et les statues de De Gaulle et Clémenceau, Campion a installé des montagnes russes qui offrent un éblouissant spectacle que le Delanopolis a décidé d'immortaliser puisqu'il traduit bien mieux que le 104, la Nuit Blanche et autres gadgets culturels la vraie "politique" de la municipalité.

A ceux qui pensent que notre réaction est élitiste, nous répondrons que c'est mépriser le peuple que de confondre fête populaire et obscène foire à fric sur l'ex "plus belle avenue du monde".

Ah oui, une question : qui a autorisé Campion à installer cette kermesse bas de gamme ?

Consternante, révélatrice, symbolique : la montagne russe qui ravale la statue gaullienne au rang de marionnette et obstrue les perspectives entre la Seine et les Champs-Elysées en dit long sur le Paris d'aujourd'hui. Dans la droite ligne du remplacement, dans la salle Saint Jean de l'Hôtel de ville, des expositions sur Nicolas de Staël par celles sur Dalida ou Grace Kelly, elle matérialise le nivellement pseudo-populaire que Delanoë promeut à Paris depuis plus de huit ans.

Notre reportage photographique en portera témoignage.

D'abord, en cliquant ici, vous admirerez la façade du Grand Palais comme vous ne l'avez jamais vue, derrière une montagne russe où s'ébroue un Père Noël de pacotille.

Puis, en cliquant vous dégusterez une nouvelle vue perspective sur le petit Palais, la statue de "Mongénéral" et la place Clémenceau. Magnifique et tellement sympathique vous ne trouvez pas ?

Si vous posez votre curseur ici, vous constaterez en tout cas que le père de la France libre ne manquera pas de nourriture !

On a beau être issu de la gauche sectaire, il faut bien reconnaître que l'homme de Londres était vraiment au-dessus de la mêlée politicienne, comme le prouve cet intéressant cliché.



Reste maintenant à savoir qui a autorisé Campion à installer ses baraques à fric. A la mairie du 8ème arrondissement, qui n'est pas décisionnaire en la matière, on n'a pas l'air de penser qu'un permis ait été accordé. Espérons qu'il ne s'agit pas d'un nouveau fait accompli dans la lâcheté, la complaisance ou l'indifférence générales ...

Campion du monde !

Source : delanopolis.fr

Publié dans Culture

Commenter cet article