Hausse des impayés dans les cantines scolaires

Publié le par E&R-Ile de France

pieces eurosDans la vallée de la Seine, les familles en difficulté sont en augmentation. Les communes endossent une partie du problème en constatant la hausse des impayés dans les cantines.

Des familles n’arrivent plus à payer la cantine scolaire à leurs enfants. Constatant ce phénomène en pleine expansion, la municipalité de Meulan a décidé de mettre en place, « très rapidement », une commission spécifique. Guy Poirier, le maire (), espère ainsi trouver une solution à un problème « dû à une paupérisation de plus en plus importante de la société ».

« Il ne s’agit pas de pénaliser ces familles en difficulté, mais de leur apporter une aide de la meilleure façon possible », précise l’édile.

 

 En 2009, la commune comptabilisait 18750 € d’impayés sur 250000 € de recettes, avec une tendance à la hausse qui se poursuit en 2010. La municipalité des Mureaux, qui sert 2700 repas par jour, est loin d’être épargnée par le sujet. Dès la rentrée 2008, la ville a d’ailleurs mis en place un système de prépaiement, espérant ainsi régler le problème.

 

Les demandes d’aide auprès du CCAS augmentent aussi 

 

Malgré cela, alors que les recettes de la cantine scolaire ont augmenté de 8% entre 2007 et 2009, dans le même temps, la ville n’a pu que constater une hausse des impayés de 70%. La municipalité a également noté l’accroissement des demandes d’aide auprès du centre communal d’action social (CCAS), qui assiste déjà plus de 565 familles.

 

De son côté, Jean-Marc Pommier (Europe Ecologie), le maire de Bonnières, constate la même « précarité qui ne fait que s’accroître ». Le budget du CCAS de sa ville a explosé. En six mois, la commune a dépensé l’équivalent du budget annuel de 2009. La municipalité, qui sert environ 268 repas par jour, a dû se résoudre à prendre en charge les repas de 56 familles, auxquels s’ajoutent les impayés « qui ne cessent d’augmenter ». Ainsi, la ville a vu ses recettes fondre, passant en un an de 97813 € à 11913, 30 €.

 

Source : leparisien.fr

 

 

Publié dans Social

Commenter cet article