Grèves à la RATP : le scandale des retraites ou le diviser pour mieux régner

Publié le par E&R-Ile de France

Alors que les conducteurs du RER entament leur 12e jour de grève pour réclamer toujours plus d’avantages, Sauvegarde Retraites rappelle les scandaleux privilèges des agents de la RATP en matière de retraites. Le point, en chiffres.

Les fêtes de Noël approchent, les touristes affluent à Paris, les températures ont chuté en dessous de 0° en Ile-de-France, il neige, les commerces situés aux abords du RER ont perdu 25 % de leur chiffre d’affaires habituel, c’est la crise en France et dans le monde… Mais les syndicats de la RATP s’en moquent. Ils veulent une prime supplémentaire de 150 euros. La direction propose-t-elle 80 euros ? C’est non ! Les conducteurs veulent davantage, et ils ont les moyens de faire cracher l’entreprise (et l’ensemble du pays par extension puisque la RATP est une entreprise publique) : il suffit de se mettre en grève et de paralyser le million d’usagers qui empruntent chaque jour le RER A.

C’est le sombre scénario qui se joue depuis bientôt 15 jours en Ile-de France. Malgré la prise de conscience des médias, dont beaucoup on étalé en une les scandaleux avantages des conducteurs de RER, les syndicats s’entêtent et refusent de céder.

L’occasion pour l’association Sauvegarde Retraites de dénoncer à nouveau les privilèges dont bénéficient l’ensemble des agents de la RATP en matière de retraites. Le tout étant financé, comme le reste des avantages, par le contribuable.

Age moyen de la retraite : 55 ans à la RATP, contre 61 ans dans le privé

Base de calcul de la pension de retraite : la meilleure rémunération de la carrière (les 6 derniers mois) à la RATP ; la rémunération de l’ensemble de la carrière, même les mauvaises années, dans le privé

Le niveau de la retraite est garanti à hauteur de 75 % du dernier traitement pour les agents de la RATP ; pas de garantie pour les retraités du privé

Les agents de la RATP bénéficient d’un 13e mois de retraite ; ce n’est pas le cas pour les retraités du privé

Pour toute réforme qui touche la RATP, les agents bénéficient de compensations : amélioration des rémunération en fin de carrière, octroi de points de retraites complémentaires, amélioration des réversions… Les salariés du privé ne reçoivent quant à eux aucune compensation aux réformes.

« Pour couronner le tout, dénonce Sauvegarde Retraites, la RATP, en ce moment même, est en train de négocier discrètement avec les pouvoirs publics la possibilité de mettre à la charge des caisses de retraite du privé les 21 milliards d’euros d’engagements retraite qu’elle n’a jamais  provisionnés… ». L’association de défense des retraités a lancé une pétition pour s’opposer au hold-up de la RATP sur la caisse de retraites du privé, la CNAV.

Victime des grèves, de leurs conséquences financières, et vache à lait de la RATP : le contribuable a de quoi se sentir roulé !

Le 21 décembre 2009

Source : www.lecri.fr

Commenter cet article