Abstention massive pour les Européennes ?

Publié le par E&R-Ile de France


Selon un sondage européen 34% seulement des citoyens européens seraient prêts à aller voter

Toujours selon cette enquête “Eurobaromètre” réalisée pour le Parlement européen entre la mi-janvier et la mi-février auprès de 27.218 citoyens des 27 pays membres, 53% des personnes interrogées se sont également déclarées “pas intéressées” par les élections européennes.










62% des personnes interrogées estiment que leur vote ne changera rien. Et 55% estiment que “le Parlement européen ne traite pas assez de problèmes me concernant”.

L’indifférence a par ailleurs progressé depuis la précédente étude réalisée fin 2008, puisque 37% se disaient alors prêts à aller voter.


En France, 47% des électeurs disent qu’ils iront “probablement” voter alors que 15% sont déjà certains de ne pas remplir ce devoir.

La confiance dans le Parlement chute de 6 points (45% contre 51% lors de la précédente enquête fin 2008), de 5 points pour la Commission (42% contre 47%) et de 9 points pour la Banque Centrale Européenne (39% contre 48%), selon le sondage.

L’abstention ne cesse de croître aux élections européennes. De 39,2% en 1979, pour les premières élections au suffrage universel direct, elle est passée à 43,2% en 1984, 47,2% en 1994, 53,2% en 1999 et 54,5% en 2004 - ce alors même que les prérogatives du Parlement sont allées en se renforçant.


La crise économique et le chômage pèsent lourd dans la désaffection manifestée cette année. 57% des personnes interrogées (+10%) ont placé le chômage en tête de leurs préoccupations, suivi par l’inflation et le pouvoir d’achat (52%, +7%).


Un tiers seulement des électeurs (36%) seulement dit avoir vu, lu ou entendu parler des actions engagées par les institutions européennes pour lutter contre la crise. Et parmi ces électeurs, seuls 44% jugent ces actions positives, 21% négative.

Les électeurs prêts à voter indiquent qu’ils se détermineront en fonction de l’expérience des candidats dans les affaires européennes (39%), de leur positions dans les affaires nationales (35%) et de leur position sur les questions européennes (35%), mais également en fonction de leur notoriété (30%).


Source : nationspresse.info

Commenter cet article