DIEUDONNE INTERDIT A VANNES ET A RENNES

Publié le par E&R-Ile de France


La municipalité de Vannes a interdit la conférence que l’humoriste Dieudonné, candidat aux prochaines élections européennes, devait donner dans un hôtel. La chaine propriétaire de l’Hôtel a également annulé la réservation d’une salle à Rennes.





La raison invoquée par les autorités est toujours la même : risques de troubles à l’ordre public.
Le Parti populiste dénonce l’hypocrisie des motifs présentés.


Il rappelle que la liberté de réunion est un droit absolu, a fortiori en campagne électorale, et qu’un candidat ou une personnalité réputée comme tel ne peut être empêché de s’exprimer pacifiquement. Quelque soit son parti, son opinion ou son programme.

Le Parti populiste s’indigne que la personne pénalisée par d’éventuels troubles ou contre-manifestations soit précisément celle que les Pouvoirs publics auraient le devoir de protéger.

Car, en l’occurrence, les « troubles à l’ordre public » viendraient des seuls contre-manifestants. Céder à cette menace éventuelle revient à céder à un chantage avant même que celui-ci ait été formulé !!! C’est un comble de lâcheté et c’est la prime à la violence.

Dès lors que Dieudonné n’est pas inéligible, ni privé de ses droits civiques ni recherché par la police ou sous le coup d’un mandat ou d’une condamnation, il a totale liberté de s’exprimer et de présenter sa candidature. Et nul ne peut l’en priver, ni un Maire, ni une chaîne hôtelière.

Il appartient aux Pouvoirs publics de faire respecter l’ordre, de permettre à chacun de s’exprimer légalement et pacifiquement et d’empêcher ceux qui y contreviendraient.

N’est-ce pas le moins que l’on puisse attendre dans un Pays où les Droits de l’Homme sont nés et sont religion d’Etat ? Il serait paradoxal que l’on puisse en France saisir plus facilement la Banque de France pour faire pression sur une Banque afin d’y pouvoir ouvrir un compte, que les Services de l’Etat pour pouvoir tenir réunion et s’y exprimer librement.




Source : partipopuliste.com

 

 

 

Publié dans Libertés

Commenter cet article