Les copains d’abord : Johnny Halliday imposé par Nicolas Sarkozy pour le concert du 14 juillet

Publié le par E&R-Ile de France



Selon le site du magazine Le Point, Nicolas Sarkozy a imposé le chanteur Johnny Halliday pour le désormais traditionnel concert gratuit du 14 juillet sur le Champs de Mars.








Gratuit certes mais avec un coût astronomique, car la star nationale touchera pour cette soirée un cachet de 500 000 euros, soit un montant plus de deux fois supérieur à celui prévu pour sa prochaine tournée qui débutera dans quelques semaines. Le célèbre rocker est en effet censé y percevoir quelque 200 000 euros par soir. Quand au coût total de la manifestation, il faut y ajouter 500 000 euros, c’est-à-dire un million d’euros pour cette soirée avec Johnny Halliday.

Le mécanisme décisionnel qui a conduit au choix du papy du rock français est fort contestable. La préparation de l’événement s’est en effet déroulée sans appel d’offres préalable. Elle a été directement négociée avec le producteur Jean-Claude Camus « dans le cadre d’un accord de gré à gré » et « sera financée sur le budget du ministère de la Culture et de la Communication, au titre des fournitures pour les fêtes nationales » rapporte Le Point. L’hebdomadaire précise par ailleurs que Michel Polnareff, pour la même prestation en 2007, s’était contenté de 315000 euros. La différence s’explique peut-être par le soutien du chanteur à Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle…


La polémique ne s’arrête pas là. Le choix même de Johnny Halliday pour l’événement risque réellement d’ « allumer le feu ». En effet, l’aversion du chanteur pour le système d’imposition français est notoire. Son installation en Suisse à l’hiver 2006 obéissait avant tout à des considérations fiscales. Et pourtant, si les informations du Point se révèlent exactes, c’est bel et bien grâce à l’argent récolté par le fisc que ce concert aura lieu. Aussi, le choix du chanteur par le Président de la République correspond peut-être à une nouvelle forme du bouclier fiscal.



Source : novopress.info

Publié dans Culture

Commenter cet article