Explosion de l’insécurité et de la criminalité en Seine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis-93)

Publié le par E&R-Ile de France


Un policier tué par balles à La Courneuve (Seine-Saint-Denis)

Un jeune policier a été tué vers 21 h 30, dans la nuit de samedi à dimanche, de deux balles dans la tête, à La Courneuve, à deux pas de la Place du marché près du carrefour des Quatre Routes.






Ce fonctionnaire de police âgé de 32 ans et père de deux enfants, qui était en civil, n’était pas en service et n’avait pas travaillé toute la journée de samedi. Domicilié en Seine-et-Marne, le policier appartenait à la brigade criminelle de sûreté urbaine de Seine-Saint-Denis. Son brassard de fonction a été retrouvé non loin de son corps, de même qu’une quinzaine de douilles. En revanche, son arme de service a disparu.


Son ou ses agresseurs semblent avoir pris la fuite. Selon le secrétaire national adjoint du syndicat Alliance, interrogé par Europe 1, son collègue se serait retrouvé « dans une rixe », et avait « dû intervenir en précisant sa qualité de policier ».

Une enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne. Selon une source policière, « toutes les hypothèses sont ouvertes : règlement de comptes, bagarre, affaires financières ».


Source



Fusillade entre bandes ethniques à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)


Selon les premiers éléments de l’enquête, une Peugeot avec plusieurs personnes à bord s’est présentée devant un immeuble de la place du Morillon. Des tirs nourris ont alors été échangés avec des « jeunes » présents en bas du bâtiment.

Le véhicule a pris la fuite et a été retrouvé brûlé par les forces de l’ordre dans un autre quartier de la ville, avec quelques impacts dans le toit. Une trentaine de douilles de cartouches de chasse ont également été découvertes à l’intérieur du véhicule, tout comme des traces de sang.


Chargé de l’enquête, le Service départemental de police judiciaire (SDPJ) a fait la tournée des hôpitaux mais aucune victime ne leur a été signalée.


Selon une note de la police dont l’AFP a  pris connaissance vendredi, les affrontements entre bandes, du moins ceux qui ont été comptabilisés officiellement, sont passés de 26 en décembre 2008 à 29 en janvier 2009, soit une augmentation de 11% sur l’ensemble du territoire . Une nouvelle fois, l’Ile-de-France se classe largement en tête de ce triste palmarès avec 23 affrontements recensés, soit 79% des faits constatés. Selon cette note de la sous-direction de l’information générale (SDIGE, les ex-Renseignements généraux), la Seine-et-Marne (six faits), le Val-d’Oise et l’Essonne (quatre faits chacun), ont été les départements franciliens les plus touchés en janvier 2009. Il s’agit d’ «une hausse, pas d’une explosion », a indiqué le ministère de l’Intérieur.


Source : nationspresse.info





Publié dans Sécurité

Commenter cet article