Ronsard mis en examen pour discrimination...

Publié le par E&R-Ile de France



A Noël, on pense aux amis mais ce n’est pas une raison pour délaisser ses ennemis. D’où l’utile rubrique du « Nouvel Observateur » où les cadeaux « A offrir à son meilleur ami » côtoient ceux qu’il faut songer « A offrir à son pire ennemi ».






Le malicieux Jacques Drillon a eu l’idée de faire figurer en quelques lignes, dans cette dernière rubrique, un ouvrage surprenant en de tels lieux : le dernier rapport de la HALDE, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité dirigée par Louis Schweitzer (que Malek Boutih aimerait tant éjecter de son fauteuil afin de s’y installer). Il s’agit autant de l’étude elle-même, très dense et fournie, que de ses récentes recommandations sur la place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires pour collèges et lycées.


La HALDE a donc fait analysé des manuels d’éducation civique, bien entendu, mais aussi d’histoire, de géographie, de sciences économiques et sociales, de français, d’anglais, de sciences de la vie et de la terre et de mathématiques. Les critères étudiés ? Sexe, origine, handicap, orientation sexuelle et âge. Elle y a fait des découvertes et des constatations inouïes. 


1. Les femmes sont sous-représentées par rapport aux hommes. Elles sont essentiellement mères, épouses ou domestiques.

2. Africains et maghrébins sont le plus souvent représentés par des photos mettant l’accent sur leur pauvreté et non sur leur modernité.

3. Les handicapés, rarement évoqués, ne le sont que par rapport à leur handicap.

4. Les seniors y sont vieux, malades, déficients, seuls.

5. Les homosexuels ne sont évoqués que de manière caricaturale, par rapport à la norme hétérosexiste, en faisant abstraction d’un autre choix dès que des couples sont représentés, et souvent par rapport au Sida,


La HALDE recommande donc aux éditeurs de manuels scolaires de ne pas oublier que leurs auteurs ne sont là que pour y « traduire » les programmes. Et aussi ! De réparer tout ça dans le bon sens. De veiller à féminiser les fonctions et métiers. De mieux représenter à l’avenir tous ces discriminés de la société. De ne pas hésiter à s’appuyer sur le récent rapport de l’Unesco consacré au même sujet. Et de ne pas oublier d’y présenter les activités de la HALDE, naturellement.


On allait oublier ce qui a fait bondir Jacques Drillon dans sa lecture détaillée du rapport. C’est au chapitre 10 sur « La place de l’âge dans les manuels scolaires ». Non pas tant qu’un senior incarne la sorcière dans l’illustration de Hansel et Gretel (classe de 6ème). Ni même que le rapport demande aux éditeurs de ne jamais plus publier de photos de retraités regardant la mer assis sur un banc de la promenade des Anglais à Nice car c’est dévalorisant (!). Non, c’est le fait que la HALDE juge que le poème de Ronsard « Mignonne, allons voir si la rose… » (*)” « véhicule une image somme toute négative des seniors » (p.181). Un dangereux stéréotype, ce concentré de grâce ? On en est là.


Et les éditeurs de manuels scolaires, qu’en pensent-ils ? Ce n’est peut-être pas le moment de leur chauffer leurs oreilles, tant ils sont accablés par la décision de Sarko de reporter à des jours meilleurs la réforme Darcos des lycées. Ils vont avoir tout le loisir de contempler les stocks de nouveaux manuels adaptés aux nouveaux programmes qu’on leur avait demandé de préparer en urgence pour la rentrée.


Source : polemia.fr

Publié dans Société

Commenter cet article