Lorsqu’il était député, Nicolas Sarkozy a pris la parole moins d’une heure en 12 ans

Publié le par E&R-Ile de France



L’hyper-président était un sous-député. C’est ce qu’a tenu à rappeler le député de l’Aisne René Dosière (apparenté PS), spécialiste du budget de l’Elysée, évoquant un “député fainéant” pour répondre aux déclarations incendiaires de Nicolas Sarkozy sur ses prédecesseurs, qualifiés dernièrement de “rois fainéants”.





Il est vrai que les statistiques évoquées auraient de quoi rendre jaloux les champions de l’absentéisme parlementaire… En 12 ans de mandat (et non 20 ans comme il l’affirme régulièrement aux journalistes), Nicolas Sarkozy aurait pris la parole en séance moins d’une heure et n’aurait déposé aucun amendement ! Pire, il n’aurait participé à aucun débat public, limitant son activité parlementaire en tout et pour tout à dix brèves interventions. “Pendant de nombreuses années, en 1988, 1991, 1992, 1993, 2000, 2001, 2002, on ne trouve aucune trace de sa présence à l’Assemblée. C’est dire à quel point son expérience parlementaire est faible, pour ne pas dire plus”, souligne Dosière. “Si chaque député prenait exemple sur lui, alors l’Assemblée nationale deviendrait inutile”, ironise-t-il avant de lancer : “pour parodier Clemenceau, gloire aux députés qui parlent, honte aux députés qui se taisent”.


Le mythe de l’activisme sarkozyste en prend un sacré coup… Mais ne croyez pas que Nicolas Sarkozy était spécialement fâché avec l’Assemblée Nationale. L’intéressé ne fit guère plus d’étincelles au Parlement Européen, dont il démissionna au lendemain de son élection en 1999 pour céder sa place à Brice Hortefeux. Sans doute l’amertume d’avoir été considéré au RPR comme l’homme de la défaite en raison du score historiquement bas de la liste d’union de la droite qu’il conduisait alors (12,82%, soit 13 points de moins que le score réalisé par la liste RPR-UDF en 1994). Cette soirée-là ne s’était pas terminée au Fouquet’s.


Source : nationspresse.info

Publié dans Politique

Commenter cet article