Nombreux incidents en marge des manifestations anti-israéliennes à Paris et à Nice (Paris-75)

Publié le par E&R-Ile de France


A Paris et en province plusieurs manifestations ont eu lieu hier pour dénoncer l’opération militaire israélienne sur la Bande de Gaza. Rassemblant en tout plus de 100.000 participants, dans un esprit très islamo-gaucho-communautariste, ces manifestations ont été émaillées de plusieurs incidents. A Paris, les organisateurs, en fin de parcours, ont présenté un invité surprise : l’humoriste Dieudonné !



A Paris, le ban et l’arrière ban de la gauche de la gauche et tout ce qui compte comme organisations communautaristes musulmanes, gauchistes, communistes, islamistes et même anarchistes, MRAP, Ligue des droits de l’homme, etc, s’étaient donnés rendez-vous pour dénoncer les tragiques événements de Gaza. Certains exhibaient des portraits du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah et du fondateur du Hamas Cheikh Ahmed Yassine, assassiné par Israël. Dans la manifestation, on remarquait des drapeaux jaunes du Hezbollah et une banderole du Mouvement des indigènes de la République appelant clairement au soutien au « Hamas et aux combattants palestiniens » dans la Bande de Gaza. Nombreux étaient les drapeaux palestiniens, turcs, algériens, marocains… mais pas un seul drapeau français n’apparaissait.


Plusieurs centaines de « jeunes », le visage camouflé et encapuchonnés, accompagnaient cette manifestation, tous visiblement issus des quartiers dits sensibles de la banlieue parisienne.


En province, d’autres manifestations de moindre ampleur ont eu lieu samedi, parfois émaillées de divers incidents : des pierres ont été lancées sur la Promenade des Anglais à Nice, un Mc Donald’s a été attaqué ainsi que la devanture du casino Ruhl ; sept policiers ont été blessés et onze personnes interpellées lors d’incidents survenus en marge de la manifestation.


A Paris, où plus de 3.800 policiers et gendarmes avaient été mobilisés, les glaces d’un abribus et une cabine téléphonique ont été brisées, place de la Nation et sur tout le parcours de la manifestation de République à la Nation en passant par la Bastille, des vitrines ont été brisées (dont sur Boulevard Diderot), devant des policiers en civil médusés. Plusieurs commerces ont été dégradés et des scooters incendiés, le cinéma Mk2 Nation en a aussi fait les frais, de même qu’une pharmacie. Vers 18h00, Place de la Nation, alors que les 50 à 100.000 (selon les sources) manifestants se rassemblaient au son de la musique orientale et autres slogans anti-israéliens (scandés parfois en arabe), plusieurs centaines de casseurs s’en sont pris aux forces de l’ordre, blessant 12 policiers. 180 personnes ont été interpellées, alors que plusieurs incendies, vite maîtrisés, étaient allumés sur l’ancienne Place du Trône.


En extrême fin de manifestation, alors que la tension montait parmi la foule et que les gendarmes mobiles s’apprêtaient à charger, les organisateurs annoncèrent l’arrivée d’un invité surprise : Dieudonné. Celui-ci prit alors la parole pour « appeler à la résistance et soutenir la Palestine ». Il fut largement ovationné par la foule.


Samedi dernier déjà, quelque 20 à 25.000 manifestants anti-israéliens avaient défilé dans Paris et des incidents avaient émaillé la fin de la manifestation vers Saint-Augustin. Plusieurs dizaines d’individus avaient été interpellés, alors que des véhicules étaient retournés sur la voie publique et des devantures de boutiques dégradées.


Le lendemain, dimanche, quelques milliers de personnes seulement s’étaient rassemblées au Trocadéro et à l’ambassade d’Israël pour soutenir Tsahal dans son opération militaire à Gaza. En marge de cette faible démonstration pro-sioniste, trois activistes juifs avaient été interpellés en possession d’armes prohibées, et vite relâchés.


Source : nationspresse.info

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article