A Roissy, les « philosophes » s’opposent à l’application de la loi (Roissy-95)

Publié le par E&R-Ile de France


Trois universitaires, Pierre Lauret, Sophie Foch-Rémusat et Yves Cusset, qui se rendaient à un colloque de philosophie à Kinshasa ont été placés en garde à vue le 16 décembre dernier, à la suite de leur tentative de soulever l’avion contre une reconduite à la frontière d’un clandestin.




De leur côté, les « philosophes » affirment avoir simplement voulu poser des questions aux policiers sur les motifs des expulsions et la raison de leur présence à bord.
Selon une source policière présente à bord, les policiers de l’escorte leur auraient promis des explications après le départ, mais les trois philosophes les exigeaient sur le champ (de quel droit ? Avec quelle légitimité face à des fonctionnaires de l’Etat appliquant la loi votée par la représentation nationale ?).


L’ambiance serait alors devenue électrique et d’autres et certains se sont levés pour empêcher le départ de l’avion.
Dans l’échauffourée, une hôtesse de l’air aurait été insultée par Pierre Lauret, visiblement pas si « philosophe» que cela.


Les sanctions condamnant cette énième tentative d’entrave à la loi seront-elles exemplaires ? On peut l’espère car celles-ci pourraient amener nos grandes âmes philosophiques à se poser des questions et les pousser, pourquoi pas, à consacrer leur bel humanisme, au moins une fois dans leur vie, à d’autres victimes, par exemple à tous ces français qui, eux, ne sont pas des délinquants mais subissent au quotidien les conséquences délétères du laxisme migratoire, que ce soit par la concurrence d’une main d’œuvre bon marché ou par l’insécurité, les insultes et les agressions des bandes banlieusardes.


Source : novopress.info

Publié dans Société

Commenter cet article