Des médicaments dans l'eau du robinet

Publié le par E&R-Ile de France

 

Un colloque s'est récemment tenu à Paris et les conclusions sont formelles : des médicaments sont bien présents dans l'eau du robinet, à l'état de traces, et on ne sait strictement rien de leurs effets. Plus besoin de se déplacer à la pharmacie du coin... ce sont les médicaments qui viennent à nous. On n'arrête pas le progrès !

 

 

 

 

Une étude de septembre 2008 a déjà montré que des résidus d'antibiotiques, antidépresseurs, anticancéreux, et de nombreux autres médicaments sont retrouvés dans les cours d'eau. Hélène Buzinski, chercheuse au CNRS et à l'université de Bordeaux, une des premières à s'être intéressée au problème en 2002, avouait même avoir trouvé des traces "d'héroïne et de cocaïne". Les stations d'épuration ne sont en effet pas conçues pour éliminer ce genre de toxines. Ce n'est donc pas une surprise qu'on les retrouve dans l'eau de consommation, mais ce n'était pas encore acté par la communauté scientifique.

 

  La réponse est dans la question

 

  Le 1er octobre 2008, à Paris, s'est tenu un colloque intitulé "Résidus de médicaments dans l'eau : des molécules à surveiller ? des risques à évaluer ?". A la demande de la Direction générale de la santé (DGS), de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) notamment, ce colloque a permis de faire le point sur le sujet. Et... la réponse est dans la question ! Décryptage du rapport publié à l'issue de ce colloque...

 

Aucune réglementation, ni européenne ni française, ne prévoit de surveiller les taux des substances pharmaceutiques dans l'eau du robinet, pas plus que dans l'eau des rivières. Seule la directive européenne 2001/83/EC règlemente l'évaluation des risques environnementaux lors de l'étude des dossiers d'autorisation de mise sur le marché des médicaments. Pas vraiment efficace.

 

Des médicaments à l'état de traces

 

Deux études ont montré la présence de médicaments dans les eaux rejetées par les stations d'épuration, à des niveaux pouvant dépasser les valeurs guides européennes bien que très faibles. Mais une troisième pose le problème de la présence des substances toxiques dans l'eau du robinet. À la demande de la DGS, une série de campagnes de mesures dans les eaux potables a été réalisée entre 2006 et 2007. 76 substances ont été recherchées sur 141 sites. Les résultats confirment ceux observés à l’étranger : "une vingtaine de substances a été retrouvée dans les eaux potables au moins une fois à des concentrations variant de quelques nanogrammes à quelques centaines de nanogrammes par litre".

 

Les conclusions insistent sur le fait que les méthodes de détection de ces molécules ne sont pas stabilisées et varient d'un laboratoire à l'autre. De plus, les mesures de résidus, si elles sont intéressantes, ne prouvent rien quant à la nocivité des produits. Il conviendrait donc, selon les conclusions du colloque, d'améliorer notre connaissance des effets de ces molécules, à faibles doses, sur la santé humaine et sur l'environnement. Un certain nombre de projets (Médiflux notamment) sont déjà lancés, qui permettront peut-être d'en savoir plus à l'avenir.

 

Archimède ?

 

Mais finalement, comme le précise Jean Duchemin, de l'Agence de l'eau Seine Normandie, il ne faudrait pas oublier que nous savons aujourd'hui de façon certaine que des produits largement diffusés dans le milieu naturel sont néfastes pour la santé. Phtalates, bisphénol A, L.A.S., alkylphénols, PCB, désinfectants et conservateurs, nanoparticules, pesticides... "Décidément, dans l'iceberg des risques chimiques, la partie immergée, hors des sunlights médiatiques, est bien plus conséquente que l'autre, respectant en cela le bon vieux principe d'Archimède", conclut-il.

 

 

Faudra-t-il à l'avenir demander le remboursement des factures d'eau à la Sécurité Sociale ?...

 

 

Source : lesmotsontunsens

 

Commenter cet article