Le démembrement programmé de la SNCF (Paris-75)

Publié le par E&R-Ile de France

 

Le 13 novembre 2008 a eu lieu à Paris une manifestation de syndicats français de cheminots auxquels s’étaient joints des syndicats de cheminots venus d’Europe. Le point de départ semble être la volonté de révision, par le ministère des Transports, des contrats des conducteurs SNCF des trains de fret.

 

 

 

 

Dans cette manifestation, les syndicalistes ont voulu élargir le débat à la privatisation déjà opérationnelle des trains de fret sur le réseau ferré européen et français en particulier.

Le Parti Populiste soutient ces syndicalistes sur de nombreux points de leur liste de revendications. En particulier :

 

– sur le fait que le chemin de fer doit avoir pour but le service public et non la priorité d’une rentabilité économique,


– que la privatisation progressive des trains, des sociétés d’exploitation, de la maintenance, vont droit à des compressions de coûts incluant la sécurité et que le résultat se trouve dans le mauvais exemple des chemins de fer anglais…

 

– que des sociétés de trains privées, pratiquant le dumping social, exploitent à bon compte des lignes de chemin de fer construites, entretenues et développées avec l’argent du contribuable,


– que la déstructuration de l’organisation de la SNCF et son découpage en « appartements » n’augure en rien d’une future meilleure gestion des deniers publics.

 

On voit là le résultat de la politique des technocrates de Bruxelles, qui obligent les nations au ridicule « tout privé », au démantèlement des entreprises nationales selon une règle simpliste, tasse de thé des ultra-libéraux : entreprises nationalisées = mauvaise gestion, entreprises privées = bonne gestion.

 

On comprend mieux aujourd’hui pourquoi il n’a jamais été répondu à la vraie bonne question de Bernard Thibault lors des cinq semaines de grève, en 1995 : « Quelle politique d’avenir pour la SNCF ? »

 

Quels que soient les résultats des négociations avec le ministère de tutelle, le Parti Populiste, à cette occasion, tient à souligner son attachement à la continuité, pour la France, de la gestion par l’État de ses grandes missions régaliennes au service de tous les Français, parmi lesquelles les transports.

 

 

 

 

Source : nationpresse.info

Publié dans Social

Commenter cet article