« Après la démocratie » Emmanuel Todd

Publié le par E&R-Ile de France

 
Au rayon pensée unique, on ne trouve nulle trace d’Emmanuel Todd, historien, démographe, sociologue, autrefois proche des milieux souverainistes avec lesquels il a rompu, anti-Maastricht quelque part entre Séguin et Chevènement, concepteur de la « fracture sociale » revisitée par Jacques Chirac… auteur incommode, notamment de « L’illusion économique », Todd ne pratique pas cette légère flexion qui caractérise les penseurs en phase de récupération intellectuelle par le pouvoir.




Il serait même « tabou et irrécupérable » sur ce plan. L’esprit de famille ! Il publie aujourd’hui (*) un essai sur la société française et ses dérives, le vide éducatif et religieux, l’aveuglement des responsables politiques, la perversion du libre-échange, la possibilité d’une nouvelle lutte des classes… Lucide constat sur la crise de notre système démocratique. Et rude charge contre Nicolas Sarkozy, même si des personnalités de gauche (Delors, Strauss-Kahn, Lamy…) en prennent aussi pour leur compte. On trouve enfin dans ce livre de chercheur l’espoir en un « protectionnisme européen ». L’une des issues – et sa préférence – pour échapper à la crise et sauver la démocratie (comprendre la « démo-ploutocratie »).


Nice Matin



INTERVIEW


Q. – Tout d’abord, quelle leçon de démocratie vous inspire l’élection de Barack Obama ?


R. – On a assisté à un phénomène où le plus important est la désignation du candidat par les sphères supérieures de la société et la présentation d’un programme économique minimum acceptable par le peuple. Très clairement, les milieux financiers et les élites avaient fait le choix d’Obama avant même qu’il soit élu et la surprise a été l’élimination du facteur « racisme », pourtant ancré structurellement et historiquement dans la société américaine.


Q. – Quelle démocratie peut se dessiner aux Etats-Unis ?


R. – L’Amérique va retrouver un président intelligent, exceptionnel, capable d’affronter une situation de déroute économique. Gestionnaire d’un pays en décomposition, Obama peut soit « conserver l’empire » et continuer à vivre aux crochets du monde avec un gigantesque déficit commercial, ou, s’il est un grand président, commencer la longue marche vers le retour à l’équilibre des échanges extérieurs, la reconstruction de l’industrie… Je ne suis pas très optimiste : dans cette Amérique qui a perdu l’habitude d’affronter ses problèmes, les fondamentaux de l’économie sont catastrophiques.


Q. – Comment jugez-vous la volte-face des dirigeants et des gouvernements qui sont passés du tout libéral à l’interventionnisme d’Etat ?


R. – Je ne crois pas à un « retour de l’Etat » providentiel. Le renflouement des banques est un nouveau pas dans la mise en question de la démocratie. En France, Nicolas Sarkozy n’est qu’un courtier dans cette affaire. Les banques ont pris les Etats en otages et nous avec ! Ce qui choque, c’est l’Etat au service des banques, des milliards injectés sans pour autant changer le système, des politiques qui s’autocongratulent, décrochés de la réalité. Je trouve les élites en panne de solutions égalitaires et progressistes et la société très amorphe.


Q. – Qu’est-ce qui, en France, indique pour vous un déclin de la démocratie ?


R. – Je mets en perspective une longue évolution historique, une situation économique très complexe, l’évolution idéologique et religieuse depuis les années 1960, la croyance catholique qui structurait le champ politique, la décomposition de ce dernier… et ce n’est pas réjouissant. J’essaie notamment d’expliquer comment Nicolas Sarkozy a surgi dans ce contexte et en quoi il est une clé d’entrée des problèmes de la société française.


Q. – Vous y allez fort avec ce président dont vous faites un « symptôme » des mauvaises tendances de cette société ! Comme on dit, pourquoi tant de haine ?


R. – Sarkozy a été « l’élu de la peur », notamment grâce à la crise des banlieues et face à Ségolène Royal, candidate absurde dont l’incompétence faisait aussi peur que la brutalité de son adversaire. Il s’est aussitôt affiché avec des amis milliardaires et ne sait pas se tenir. Jamais, comme lui, un président n’avait provoqué ainsi dans les banlieues pour récupérer les voix du Front national, inclus des socialistes dans son gouvernement, insulté des gens dans des manifestations publiques, exposé sa vie privée… Je n’attaque pas le personnage mais le symptôme. Il s’est créé un état d’apesanteur dans lequel il peut se permettre tout cela et il a surgi dans un système sans croyance collective structurante. Car ce sont les idées dominantes qui importent, notamment, en économie, ce que dictent les classes supérieures pensantes.


Q. – Votre charge anti-sarkozyste semble « dater » des premiers mois de sa présidence. N’a-t-il pas changé depuis, notamment à l’épreuve de la crise mondiale ?


R. – Je ne pense pas, mais ce n’est pas la question ! Je parle du « moment Sarkozy ». Ce qu’on a vu pendant dix mois est édifiant et concerne le vrai sujet : vide religieux, islamophobie, possible émergence d’une lutte des classes, baisse de niveau de vie des jeunes diplômés, tentation de la droite d’instrumentaliser toutes les inquiétudes, notamment autour de l’immigration… On a vu la récupération ridicule de la Marseillaise sifflée au Stade de France. Mais le Parti socialiste – sa hiérarchie – est presque plus inquiétant pour le suffrage universel. Il se refuse à proposer un programme économique de type protectionniste et se comporte comme un parti de notables face à un « bas peuple » incapable de comprendre.


Q. – Quelle est la faute majeure de cette élite qui vous désespère ?


R/ – Elle ne présente pas un choix clair sur les questions économiques – globalisation, libre-échange, écrasement des salaires… – et chaque élection devient plus problématique. On est dans une démocratie de manipulation où l’on crée des problèmes et des affrontements artificiels. Pour ce système il n’y a que trois solutions possibles : l’ethnicisation et la thématique identitaire, tentation de la droite après l’implosion du Front national – mais Sarkozy n’a pas convaincu grand monde, sinon la base électorale des petits commerçants –, la perversion ou la suppression du suffrage universel, enfin le protectionnisme européen. Mais on ne pourra indéfiniment laisser en place un système économique qui angoisse et affaiblit autant la population.


Q. – Peut-on dire que la lutte des classes, sous des formes nouvelles, a de beaux jours devant elle ?


R. – Il n’y a pas de structuration collective mais on sent monter une révolte, sans violence mais déterminée, des classes moyennes contre les classes supérieures. L’histoire s’accélère et nous rapproche de cette échéance. Seul le 1% supérieur de la société profite de la richesse, dans un système économique « autobloquant » : si tous les gains vont à cette frange, on risque des affrontements désordonnés et des dérives autoritaires et le système s’arrête. C’est cette menace qu’on est en train de vivre.


Q. – Le « protectionnisme européen », dernière chance de la démocratie. Pouvez-vous préciser ?


R. – C’est la seule issue possible à une échelle raisonnable, l’économie française ne pouvant se protéger seule. La pression externe à la baisse sur les salaires (Chine, Asie, …) paralyse la demande intérieure. Le protectionnisme européen permettrait de mettre en place des barrières dans un espace de 450 millions d’habitants pour la faire cesser et échapper à cette spirale d’étouffement qui rend invivable une démocratie. Je décris l’incertitude, pas la disparition d’un système… C’est une forme d’optimisme ! Mais quelle confusion dans l’esprit des gens qui associent libre-échange et liberté ! Je distingue la mondialisation – formidable pour la conscience collective, le rapprochement des connaissances et des cultures – et son côté obscur, la globalisation, qui nous asphyxie. Je donne enfin un carnet de route pour négocier avec l’Allemagne, notre partenaire historique.


Q. – Et vous enfoncez à nouveau Nicolas Sarkozy !


R. – Oui mais la réalité est que sa personnalité – agité, donneur de leçons, … – est un problème et, vu de l’étranger, une souffrance ! Il exaspère et navre la classe politique internationale, surtout ceux qui sont stratégiquement importants pour nous au cœur de l’Europe, dont l’Allemagne. Et si le couple franco-allemand ne communique plus, rien ne peut se passer.


Q. – Après la démocratie… la démocratie ?


R. – A condition de faire fonctionner l’Europe à l’endroit pour qu’elle devienne l’instrument d’une véritable régulation économique et impose la préférence communautaire. Elle sera alors le centre d’une nouvelle forme de démocratie, à l’écoute et dans l’intérêt des populations. Mais tout dépendra de l’intensité de la crise économique mondiale. Si elle empire, même les Etats-Unis, qui sont allés loin dans leur déstructuration industrielle et leur dépendance aux importations du monde, seront incapables, Obama ou pas, de la maîtriser.

 

(*) Emmanuel Todd, « Après la démocratie », Gallimard, hors série, Connaissance, nov. 2008, 250 p., 18,50 euros. Emmanuel Todd a également publié « Après l'Empire : Essai sur la décomposition du système américain », en 2002, aux éditions Gallimard.



Source : Propos recueillis par Jacques Gantié parus dans « Nice Matin » du 09/11/08
Correspondance Polémia
13/11/08

Publié dans Politique

Commenter cet article