Premiers embryons hybrides humains animaux

Publié le par E&R-Ile de France


Les députés britanniques viennent d’autoriser les scientifiques à créer des “chimères” c’est à dire des embryons hybrides, possédant deux ou plusieurs génotypes distincts. Ils seront donc issus de l’intégration d’ADN humain dans des ovules d’animaux et dédiés à la recherche médicale. Le texte doit passer devant la Chambre des Lords. Il pourrait entrer en vigueur en novembre.






Selon le projet de loi, ces embryons ne doivent pas être implantés dans l’utérus d’une femme. L’Eglise catholique et des députés de l’opposition conservatrice avaient dénoncé des expériences à la Frankenstein.

Selon les chercheurs, ces embryons ne serviraient qu’à la recherche médicale et seraient détruits au 14e jour de développement. Les groupes religieux s’opposent à ce projet, mais les chercheurs assurent qu’il faciliterait la recherche et permettrait de faire un pas de géant dans la compréhension de plusieurs mécanismes biologiques et de soigner des maladies génétiques.


Le texte autorise aussi, la création de “bébés médicaments”, destinés à la recherche de solutions pour des maladies génétiques chroniques. Enfin, il facilite l’accès à la fécondation in-vitro, pour les lesbiennes et les femmes célibataires. La Grande-Bretagne accentue sa distinction du reste de l’Europe ou des États-Unis, en permettant aux scientifiques des expériences interdites ailleurs. Quand la réalité rattrape la science-fiction…


L’Américain Francis Fukuyama a soutenu que, « d’ici les deux prochaines générations, les biotechnologies nous donneront les outils qui nous permettront d’accomplir ce que les spécialistes d’ingénierie sociale n’ont pas réussi à faire. A ce stade, nous en aurons définitivement terminé avec l’histoire humaine, parce que nous aurons aboli les êtres humains en tant que tels. Alors commencera une nouvelle histoire, au-delà de l’humain (Le Monde, 17 juin 1999)» ?


Nos sociétés osent à peine se l’avouer. Une indicible frayeur commence à les hanter : l’espèce humaine va-t-elle faire l’objet d’un usinage en règle ? Avec recours massif aux biotechnologies lourdes ? Pour fabriquer des Pokémon humains ou transhumains ? Allons-nous vers une invasion des HGM : des hommes génétiquement modifiés… ?




Source
: neotrouve.com

Publié dans Société

Commenter cet article