Urbanisme : La Défense gagne du terrain sur Nanterre (Hauts-de-Seine-92)

Publié le par E&R-Ile de France




L’EXTENSION du quartier d’affaires parisien sur la commune de Nanterre se précise. Après deux longs mois de tractations, le suspense a pris fin hier matin. Comme nous l’avions annoncé à plusieurs reprises, c’est bien Philippe Chaix qui a été nommé, par deux arrêtés publiés hier au « Journal officiel », à la fois à la tête de l’Epad et de l’Epasa, les établissements d’aménagement de La Défense et de Nanterre.







En endossant cette double fonction, l’ancien secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine, âgé de 54 ans, provoque par la même occasion le départ d’un proche de Charles Pasqua, Bernard Bled, de la direction de l’Epad (voir encadré) et celui de Philippe Courtois, de l’Epasa.

Le préfet Pascal Lelarge a donc été entendu. Son rapport, remis au ministère de l’Ecologie et de l’Aménagement du territoire en août dernier, préconisait le rapprochement des « deux Opérations d’intérêt national de La Défense et de Seine-Arche dans la perspective d’un grand quartier métropolitain ».

Le quartier d’affaires est aujourd’hui à l’étroit sur ses 160 hectares entre Puteaux et Courbevoie. Pour relancer aujourd’hui l’attractivité de La Défense comme le souhaite depuis 2006 Nicolas Sarkozy, il faut trouver des réserves foncières. Or, seule la ville de Nanterre dispose de terrains dans le secteur, en particulier les 70 hectares des Groues situés derrière la Grande Arche.

Mais cette extension ne se place pas sous les meilleurs auspices. Les Groues, aujourd’hui dans l’oeil du cyclone, font déjà l’objet d’un projet d’aménagement diligenté par l’Epasa Seine-Arche qui comprend, entre autres, des bureaux, une gare RER, ainsi que des logements et une réserve d’objets d’art pour les musées nationaux.

« C’est de l’ordre du mépris »

La « mutation de la totalité du secteur des Groues » proposée par le rapport Lelarge est donc jugée inopportune par le maire de Nanterre, par ailleurs actuel président de l’Epasa, Patrick Jarry (PCF). A plusieurs reprises, cet été, il a sollicité une entrevue auprès de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Aménagement du territoire. Sans succès.
« C’est de l’ordre du mépris », glissait-il encore hier.

Nouvel épisode de la protestation : avant-hier, les élus de Nanterre ont adopté à la quasi-unanimité lors du conseil municipal une résolution rejetant les propositions du rapport Lelarge.

« Dans ce document, il ne s’agit pas de concevoir une ville pour tous, mais de tenter une nouvelle fois de prolonger La Défense sur Nanterre », y protestent les élus, dénonçant « la boulimie d’expansion inconsidérée de La Défense » et évoquant un « marketing urbain » décidé sans aucune concertation avec les élus et les habitants.

Ce soir, à 20 heures, le Parti socialiste de Nanterre organise dans le hall de la salle des congrès de Nanterre un débat pour comprendre les enjeux de l’extension de La Défense sur la commune de Nanterre. « Tours Aillaud, Grande Arche : et demain ? » en présence de l’architecte et urbaniste Elisabeth Pélegrin-Genel. Ce rendez-vous est le premier d’un cycle de réunions pour comprendre « les enjeux de l’aménagement de la Seine à la Seine ».

Source : Leparisien.fr

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article