Education: des dizaines de milliers de manifestants attendus dimanche à Paris (Paris-75)

Publié le par E&R-Ile de France

 
PARIS - Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues dimanche prochain à Paris pour la manifestation nationale de défense du service public d'Education, à laquelle appellent 47 organisations dont les principaux syndicats d'enseignants.



Le cortège partira vers 14h de la place d'Italie pour un défilé jusqu'à la place de la Bastille en passant par le Quartier Latin, a-t-on précisé lundi de source syndicale.

Le dimanche 18 mai dernier, la Fédération syndicale unitaire (FSU) avait organisé seule une manifestation nationale à Paris et avait revendiqué 45.000 manifestants mobilisés à cette occasion, (20.000 selon la police).

"Les premières remontées qu'on a laissent penser que le chiffre de 45.000 sera le minimum qu'on puisse attendre", a déclaré lundi à l'Associated Press le secrétaire général de la FSU Gérard Aschieri. Du côté du SGEN-CFDT, on évoquait la possible participation de 100.000 manifestants.

Au total, 47 organisations appellent à la mobilisation contre les réformes lancées par le gouvernement, les restrictions budgétaires et les suppressions de postes, 11.200 pour cette rentrée 2008, 13.500 d'ores et déjà annoncées en 2009.

La FSU, la CFDT, l'UNSA, la CGT, la FAEN, Sud-Education, les principaux syndicats de lycéens et d'étudiants (UNL, FIDL, UNEF), la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), mais également la Ligue des droits de l'Homme (LDH), l'Union des familles laïques (UFAL), ATTAC ou encore les Eclaireuses et éclaireurs de France (EEDF) appellent à se mobiliser.

Une pétition intitulée "Un pays, une école, notre avenir", lancée le 25 septembre, avait déjà recueilli lundi 22.511 signatures, a-t-on précisé de source syndicale.

"L'inquiétude est réelle. Les récentes annonces budgétaires font craindre le pire dans un climat déjà tendu dans l'Education. Nous assistons à une rupture de fond dans la priorité qu'accordait la Nation à l'Education", dénoncent les organisateurs de cette manifestation nationale dans un communiqué commun.

Pour eux, "au-delà des dizaines de milliers de suppressions de postes, c'est toute la communauté éducative qui est reléguée au second rang".

Les organisateurs dénoncent une "politique (qui) va détériorer irrémédiablement le service public d'Education. Les mots liberté, égalité, fraternité, perdent leur sens au profit d'une école à deux vitesses, dans une société minée par les injustices et les inégalités".


Source : AP

Publié dans Société

Commenter cet article